36 records – page 1 of 2.

«Abjuration faite par Mr Louis Riel..» [Regina].

https://archivesshsb.mb.ca/link/archives139095
Fonds / Collection
Corporation archiépiscopale catholique romaine de Saint-Boniface
Description Level
Document
GMD
documents textuels
Date
4 août 1885
Date
4 août 1885
GMD
documents textuels
Fonds / Collection
Corporation archiépiscopale catholique romaine de Saint-Boniface
Description Level
Document
Fonds No.
0075
Reference No.
T31886-T31887
Storage Location
Copie numérisée sur le CD 279.
Creator
Corporation archiépiscopale catholique romaine de Saint-Boniface Série : Alexandre Taché
Physical Description
4 f. de documents textuels
Custodial History
T31886-87 est une version écrite de la main de Fourmond signée par Louis Riel du document de Harriet Irving Library, University of New Brunswick, Beaverbrook Collection, Louis Riel Papers, 4B
Notes
Copie numérisée sur le CD 279.
Name Access
Louis Riel
Geographic Access
Regina
Signatory
Louis Riel
English Summary
Abjuration made by Louis Riel before Rev. Fourmond. August 4, 1885.
Full Text
Abjuration faite par Mr Louis Riel dont le nom est aussi Louis «David» Riel, de toutes ces erreurs devant le Révérend Père Fourmond, Oblat de Marie Immaculée, Son Directeur, le 5 Août 1885. Je sous-signé Louis Riel étant dans le plein usage de ma raison et de ma libre volonté, sans autre motif que d'assurer mon salut éternel, en me réconciliant avec Dieu que j'ai offensé et de réparer les scandales que j'ai eu le malheur de donner, j'abjure solennellement toutes les erreurs que j'ai crues, professées, enseignées contre la doctrine de la sainte église catholique, apostolique et Romaine, la priant dans la personne de ses charitables ministres de m'accorder la sainte absolution de tous mes crimes et censures, renonçant à ma fausse mission de prophète, cause première de mes erreurs, et à toute autre rêverie. J'abjure en particulier mes erreurs contre la Très Sainte et Adorable Trinité, contre la Maternité divine de l'auguste et immaculée Mère de Dieu, contre la Très Sainte et adorable Eucharistie, contre l'éternité des peines de l'enfer, contre l'infaillibilité de la sainte église, catholique, apostolique et Romaine et de son chef visible, le Saint Père le Pape, contre la primauté de ce dernier, contre l'autorité et intégrité et divine inspiration des saintes écritures et de la tradition catholique: contre l'institution apostolique du dimanche. Je crois de tout coeur et confesse de bouche, librement, fermement qu'il y a un Dieu en trois personnes, consubstantielles et parfaitement égales en toutes choses. C'est à dire que le Père est Dieu, que le Fils est Dieu comme le Père, engendré par lui de toute éternité, consubstantiel à son Père Tout-Puissant, éternel, infiniment parfait comme Lui, que dans le temps ce divin Fils de Dieu s'est abaissé jusqu'à se faire en tout semblable à nous, à l'exception du péché prenant un corps et une âme semblables aux nôtres, dans le sein de la bienheureuse et immaculée Vierge Marie, toujours Vierge par l'opération du Saint Esprit et par conséquent Mère d'une personne qui est Dieu, Mère de Dieu selon la croyance catholique confirmée solennellement au concile écuménique d'éphèse. Je crois donc qu'il y a deux natures en Jésus-christ notre Seigneur, la nature divine et la nature humaine, quoiqu'il n'y ait et ne puisse y avoir qu'une seule personne en Lui qui est la personne du Fils de Dieu. Il est Dieu parfait, homme parfait, en sorte que quand il dit que son Père est plus grand que Lui, ce n'est comme l'enseigne l'église catholique qu'en tant qu'il est homme et non en tant qu'il est Dieu. Je crois également que le Saint Esprit la troisième personne de la Très Sainte et adorable Trinité est Dieu comme le Père et le Fils, procédant du Père et du Fils; et ne faisant qu'un seul Dieu avec le Père et le Fils. Je crois au sept Sacrements de la Sainte Eglise et tout particulièrement qu'un prêtre approuvé peut seul entrendre la confession des chrétiens et leur donner la sainte absolution; que l'auguste Eucharistie est un sacrement institué par notre Seigneur Jésus-christ dans son immense amour pour nous et contenant réellement et en vérité son corps et son sang, son âme et sa divinité sous les saintes espèces ou apparences du pain et du vin, vivant dans cet adorable sacrement non pas de sa vie mortelle et passible, mais bien de sa vie glorieuse et impassible, jouissant en son corps et en sa sainte âme de tous les glorieux privilèges de sa triomphante résurrection. Je crois à l'infaillibilité de l'église et de Notre Saint Père le Pape, parlant ex cathedrâ et comme légitime successeur de St-Pierre, à sa primauté sur tous les autres évêques dont il est le seul chef visible sur la terre; ainsi qu'à son autorité et juridiction sur tous les prêtres et simples fidèles, croyant que c'est à Lui comme à Pierre qu'il a été dit: pais mes brebis, pais mes agneaux. Je crois à l'éternité des peines de l'enfer, c'est-à-dire qu'il durera toujours et ne finira jamais, le purgatoire seul ayant des peines temporelles proportionnées aux dettes contractées envers la divine justice. Je crois que le saint jour du dimanche est au moins d'institution apostolique en tant qu'il remplace le sabbat de l'ancienne loi et que par conséquent l'obligation divine de le sanctifier est très légitime, étant aussi obligatoire que l'était l'ancien sabbat des Juifs, aboli par la nouvelle loi. Je demande très humblement pardon à tout le public, en particulier aux vénérables représentants de la sainte église catholique, aux représentants du pouvoir civil, et à tous les chrétiens mes frères, des offenses scandales, dont je suis coupable devant Dieu et la société, me recommandant à la miséricorde de tous et particulièrement à celle du grand Dieu que j'ai outragé. Louis Riel ou Louis «David» Riel. J V Fourmond, omi. L. Cochin o.m.i.
Images
Less detail

«Abjuration faite par Mr Louis Riel..» [Regina].

https://archivesshsb.mb.ca/link/archives144907
Fonds / Collection
Louis Riel
Description Level
Document
GMD
documents textuels
Date
4 août 1885
Date
4 août 1885
GMD
documents textuels
Fonds / Collection
Louis Riel
Description Level
Document
Fonds No.
0003
Reference No.
1094-627
Storage Location
PAM MG3 D1, 627 est une photocopie de Harriet Irving Library, University of New Brunswick, Beaverbrook Collection, Louis Riel Papers, 4B; Copie numérisée sur le CD 279.
Creator
Louis Riel
Physical Description
2 f. de documents textuels
Custodial History
T31886-87 est une version écrite de la main de Fourmond signée par Louis Riel du document de Harriet Irving Library, University of New Brunswick, Beaverbrook Collection, Louis Riel Papers, 4B
Notes
Voir The Collected Writings of Louis Riel/Les Écrits complets de Louis Riel, George Stanley ed., tome III, p. 170
Name Access
Louis Riel
Geographic Access
Regina
Signatory
Louis Riel
English Summary
Abjuration made by Louis Riel before Rev. Fourmond. August 4, 1885.
Full Text
Abjuration faite par Mr Louis Riel dont le nom est aussi Louis «David» Riel, de toutes ces erreurs devant le Révérend Père Fourmond, Oblat de Marie Immaculée, Son Directeur, le 5 Août 1885. Je sous-signé Louis Riel étant dans le plein usage de ma raison et de ma libre volonté, sans autre motif que d'assurer mon salut éternel, en me réconciliant avec Dieu que j'ai offensé et de réparer les scandales que j'ai eu le malheur de donner, j'abjure solennellement toutes les erreurs que j'ai crues, professées, enseignées contre la doctrine de la sainte église catholique, apostolique et Romaine, la priant dans la personne de ses charitables ministres de m'accorder la sainte absolution de tous mes crimes et censures, renonçant à ma fausse mission de prophète, cause première de mes erreurs, et à toute autre rêverie. J'abjure en particulier mes erreurs contre la Très Sainte et Adorable Trinité, contre la Maternité divine de l'auguste et immaculée Mère de Dieu, contre la Très Sainte et adorable Eucharistie, contre l'éternité des peines de l'enfer, contre l'infaillibilité de la sainte église, catholique, apostolique et Romaine et de son chef visible, le Saint Père le Pape, contre la primauté de ce dernier, contre l'autorité et intégrité et divine inspiration des saintes écritures et de la tradition catholique: contre l'institution apostolique du dimanche. Je crois de tout coeur et confesse de bouche, librement, fermement qu'il y a un Dieu en trois personnes, consubstantielles et parfaitement égales en toutes choses. C'est à dire que le Père est Dieu, que le Fils est Dieu comme le Père, engendré par lui de toute éternité, consubstantiel à son Père Tout-Puissant, éternel, infiniment parfait comme Lui, que dans le temps ce divin Fils de Dieu s'est abaissé jusqu'à se faire en tout semblable à nous, à l'exception du péché prenant un corps et une âme semblables aux nôtres, dans le sein de la bienheureuse et immaculée Vierge Marie, toujours Vierge par l'opération du Saint Esprit et par conséquent Mère d'une personne qui est Dieu, Mère de Dieu selon la croyance catholique confirmée solennellement au concile écuménique d'éphèse. Je crois donc qu'il y a deux natures en Jésus-christ notre Seigneur, la nature divine et la nature humaine, quoiqu'il n'y ait et ne puisse y avoir qu'une seule personne en Lui qui est la personne du Fils de Dieu. Il est Dieu parfait, homme parfait, en sorte que quand il dit que son Père est plus grand que Lui, ce n'est comme l'enseigne l'église catholique qu'en tant qu'il est homme et non en tant qu'il est Dieu. Je crois également que le Saint Esprit la troisième personne de la Très Sainte et adorable Trinité est Dieu comme le Père et le Fils, procédant du Père et du Fils; et ne faisant qu'un seul Dieu avec le Père et le Fils. Je crois au sept Sacrements de la Sainte Eglise et tout particulièrement qu'un prêtre approuvé peut seul entrendre la confession des chrétiens et leur donner la sainte absolution; que l'auguste Eucharistie est un sacrement institué par notre Seigneur Jésus-christ dans son immense amour pour nous et contenant réellement et en vérité son corps et son sang, son âme et sa divinité sous les saintes espèces ou apparences du pain et du vin, vivant dans cet adorable sacrement non pas de sa vie mortelle et passible, mais bien de sa vie glorieuse et impassible, jouissant en son corps et en sa sainte âme de tous les glorieux privilèges de sa triomphante résurrection. Je crois à l'infaillibilité de l'église et de Notre Saint Père le Pape, parlant ex cathedrâ et comme légitime successeur de St-Pierre, à sa primauté sur tous les autres évêques dont il est le seul chef visible sur la terre; ainsi qu'à son autorité et juridiction sur tous les prêtres et simples fidèles, croyant que c'est à Lui comme à Pierre qu'il a été dit: pais mes brebis, pais mes agneaux. Je crois à l'éternité des peines de l'enfer, c'est-à-dire qu'il durera toujours et ne finira jamais, le purgatoire seul ayant des peines temporelles proportionnées aux dettes contractées envers la divine justice. Je crois que le saint jour du dimanche est au moins d'institution apostolique en tant qu'il remplace le sabbat de l'ancienne loi et que par conséquent l'obligation divine de le sanctifier est très légitime, étant aussi obligatoire que l'était l'ancien sabbat des Juifs, aboli par la nouvelle loi. Je demande très humblement pardon à tout le public, en particulier aux vénérables représentants de la sainte église catholique, aux représentants du pouvoir civil, et à tous les chrétiens mes frères, des offenses scandales, dont je suis coupable devant Dieu et la société, me recommandant à la miséricorde de tous et particulièrement à celle du grand Dieu que j'ai outragé. Louis Riel ou Louis «David» Riel. J V Fourmond, omi. L. Cochin o.m.i.
Images
Less detail

Correspondance

https://archivesshsb.mb.ca/link/archives102242
Fonds / Collection
Corporation archiépiscopale catholique romaine de Saint-Boniface
Description Level
Document
GMD
documents textuels
Date
10 avril 1900
Date
10 avril 1900
GMD
documents textuels
Fonds / Collection
Corporation archiépiscopale catholique romaine de Saint-Boniface
Description Level
Document
Fonds No.
0075
Series
Adélard Langevin
Subseries
Correspondance
Reference No.
58334
Access Restriction
Aucune restriction à l'accès. L'autorisation du service des archives est requise pour toute publication.
Geographic Access
Regina
Signatory
Haultain, Frederick
Recipient
Langevin, Adélard
Less detail

Correspondance

https://archivesshsb.mb.ca/link/archives102316
Fonds / Collection
Corporation archiépiscopale catholique romaine de Saint-Boniface
Description Level
Document
GMD
documents textuels
Date
28 décembre 1900
Date
28 décembre 1900
GMD
documents textuels
Fonds / Collection
Corporation archiépiscopale catholique romaine de Saint-Boniface
Description Level
Document
Fonds No.
0075
Series
Adélard Langevin
Subseries
Correspondance
Reference No.
58601
Access Restriction
Aucune restriction à l'accès. L'autorisation du service des archives est requise pour toute publication.
Geographic Access
Regina
Signatory
Reid, John
Recipient
Langevin, Adélard
Less detail

Correspondance

https://archivesshsb.mb.ca/link/archives94512
Fonds / Collection
Corporation archiépiscopale catholique romaine de Saint-Boniface
Description Level
Document
GMD
documents textuels
Date
10 janvier 1905
Date
10 janvier 1905
GMD
documents textuels
Fonds / Collection
Corporation archiépiscopale catholique romaine de Saint-Boniface
Description Level
Document
Fonds No.
0075
Series
Adélard Langevin
Subseries
Correspondance
Reference No.
35330-35331
Access Restriction
Aucune restriction à l'accès. L'autorisation du service des archives est requise pour toute publication.
Geographic Access
Regina
Signatory
Scott, Walter
Recipient
Langevin, Adélard
Less detail

Correspondance

https://archivesshsb.mb.ca/link/archives95051
Fonds / Collection
Corporation archiépiscopale catholique romaine de Saint-Boniface
Description Level
Document
GMD
documents textuels
Date
21 juin 1912
Date
21 juin 1912
GMD
documents textuels
Fonds / Collection
Corporation archiépiscopale catholique romaine de Saint-Boniface
Description Level
Document
Fonds No.
0075
Series
Adélard Langevin
Subseries
Correspondance
Reference No.
37370
Access Restriction
Aucune restriction à l'accès. L'autorisation du service des archives est requise pour toute publication.
Geographic Access
Regina
Signatory
[Turgeon, Alphonse]
Recipient
Langevin, Adélard
Less detail

Correspondance

https://archivesshsb.mb.ca/link/archives95062
Fonds / Collection
Corporation archiépiscopale catholique romaine de Saint-Boniface
Description Level
Document
GMD
documents textuels
Date
13 août 1912
Date
13 août 1912
GMD
documents textuels
Fonds / Collection
Corporation archiépiscopale catholique romaine de Saint-Boniface
Description Level
Document
Fonds No.
0075
Series
Adélard Langevin
Subseries
Correspondance
Reference No.
37397
Access Restriction
Aucune restriction à l'accès. L'autorisation du service des archives est requise pour toute publication.
Geographic Access
Regina
Signatory
Turgeon, Alphonse
Recipient
Langevin, Adélard
Less detail

Correspondance

https://archivesshsb.mb.ca/link/archives95164
Fonds / Collection
Corporation archiépiscopale catholique romaine de Saint-Boniface
Description Level
Document
GMD
documents textuels
Date
9 septembre 1914
Date
9 septembre 1914
GMD
documents textuels
Fonds / Collection
Corporation archiépiscopale catholique romaine de Saint-Boniface
Description Level
Document
Fonds No.
0075
Series
Adélard Langevin
Subseries
Correspondance
Reference No.
37806-37807
Access Restriction
Aucune restriction à l'accès. L'autorisation du service des archives est requise pour toute publication.
Geographic Access
Regina
Signatory
Hugonnard, Joseph
Recipient
Langevin, Adélard
Less detail

Correspondance

https://archivesshsb.mb.ca/link/archives101424
Fonds / Collection
Corporation archiépiscopale catholique romaine de Saint-Boniface
Description Level
Document
GMD
documents textuels
Date
6 décembre 1904
Date
6 décembre 1904
GMD
documents textuels
Fonds / Collection
Corporation archiépiscopale catholique romaine de Saint-Boniface
Description Level
Document
Fonds No.
0075
Series
Adélard Langevin
Subseries
Correspondance
Reference No.
52273-52274
Access Restriction
Aucune restriction à l'accès. L'autorisation du service des archives est requise pour toute publication.
Geographic Access
Regina
Signatory
Suffa, Augustin
Recipient
Langevin, Adélard
Less detail

Correspondance

https://archivesshsb.mb.ca/link/archives101510
Fonds / Collection
Corporation archiépiscopale catholique romaine de Saint-Boniface
Description Level
Document
GMD
documents textuels
Date
20 décembre 1906
Date
20 décembre 1906
GMD
documents textuels
Fonds / Collection
Corporation archiépiscopale catholique romaine de Saint-Boniface
Description Level
Document
Fonds No.
0075
Series
Adélard Langevin
Subseries
Correspondance
Reference No.
52532-52535
Physical Description
pièces jointes
Access Restriction
Aucune restriction à l'accès. L'autorisation du service des archives est requise pour toute publication.
Geographic Access
Regina
Signatory
Murphy, John
Recipient
Langevin, Adélard
Less detail

Correspondance

https://archivesshsb.mb.ca/link/archives102165
Fonds / Collection
Corporation archiépiscopale catholique romaine de Saint-Boniface
Description Level
Document
GMD
documents textuels
Date
24 septembre 1898
Date
24 septembre 1898
GMD
documents textuels
Fonds / Collection
Corporation archiépiscopale catholique romaine de Saint-Boniface
Description Level
Document
Fonds No.
0075
Series
Adélard Langevin
Subseries
Correspondance
Reference No.
58085-58086
Access Restriction
Aucune restriction à l'accès. L'autorisation du service des archives est requise pour toute publication.
Geographic Access
Regina
Signatory
Haultain, Frederick
Recipient
Langevin, Adélard
Less detail

Correspondance

https://archivesshsb.mb.ca/link/archives102188
Fonds / Collection
Corporation archiépiscopale catholique romaine de Saint-Boniface
Description Level
Document
GMD
documents textuels
Date
21 mars 1899
Date
21 mars 1899
GMD
documents textuels
Fonds / Collection
Corporation archiépiscopale catholique romaine de Saint-Boniface
Description Level
Document
Fonds No.
0075
Series
Adélard Langevin
Subseries
Correspondance
Reference No.
58178
Access Restriction
Aucune restriction à l'accès. L'autorisation du service des archives est requise pour toute publication.
Geographic Access
Regina
Signatory
Haultain, Frederick
Recipient
Bélanger, Aurélien
Less detail

Correspondance

https://archivesshsb.mb.ca/link/archives102208
Fonds / Collection
Corporation archiépiscopale catholique romaine de Saint-Boniface
Description Level
Document
GMD
documents textuels
Date
28 septembre 1899
Date
28 septembre 1899
GMD
documents textuels
Fonds / Collection
Corporation archiépiscopale catholique romaine de Saint-Boniface
Description Level
Document
Fonds No.
0075
Series
Adélard Langevin
Subseries
Correspondance
Reference No.
58231
Access Restriction
Aucune restriction à l'accès. L'autorisation du service des archives est requise pour toute publication.
Geographic Access
Regina
Signatory
Haultain, Frederick
Recipient
Langevin, Adélard
Less detail

Correspondance

https://archivesshsb.mb.ca/link/archives102226
Fonds / Collection
Corporation archiépiscopale catholique romaine de Saint-Boniface
Description Level
Document
GMD
documents textuels
Date
11 novembre 189[ ]
Date
11 novembre 189[ ]
GMD
documents textuels
Fonds / Collection
Corporation archiépiscopale catholique romaine de Saint-Boniface
Description Level
Document
Fonds No.
0075
Series
Adélard Langevin
Subseries
Correspondance
Reference No.
58294-58295
Access Restriction
Aucune restriction à l'accès. L'autorisation du service des archives est requise pour toute publication.
Geographic Access
Regina
Signatory
Forget, Alphonse
Recipient
Langevin, Adélard
Less detail

Correspondance

https://archivesshsb.mb.ca/link/archives102229
Fonds / Collection
Corporation archiépiscopale catholique romaine de Saint-Boniface
Description Level
Document
GMD
documents textuels
Date
25 janvier 1900
Date
25 janvier 1900
GMD
documents textuels
Fonds / Collection
Corporation archiépiscopale catholique romaine de Saint-Boniface
Description Level
Document
Fonds No.
0075
Series
Adélard Langevin
Subseries
Correspondance
Reference No.
58303
Access Restriction
Aucune restriction à l'accès. L'autorisation du service des archives est requise pour toute publication.
Geographic Access
Regina
Signatory
Haultain, Frederick
Recipient
Langevin, Adélard
Less detail

Correspondance

https://archivesshsb.mb.ca/link/archives102230
Fonds / Collection
Corporation archiépiscopale catholique romaine de Saint-Boniface
Description Level
Document
GMD
documents textuels
Date
30 janvier 1900
Date
30 janvier 1900
GMD
documents textuels
Fonds / Collection
Corporation archiépiscopale catholique romaine de Saint-Boniface
Description Level
Document
Fonds No.
0075
Series
Adélard Langevin
Subseries
Correspondance
Reference No.
58307
Access Restriction
Aucune restriction à l'accès. L'autorisation du service des archives est requise pour toute publication.
Geographic Access
Regina
Signatory
Haultain, Frederick
Recipient
Langevin, Adélard
Less detail

Journal de Louis Riel, [Régina]

https://archivesshsb.mb.ca/link/archives139031
Fonds / Collection
Louis Riel
Description Level
Document
GMD
documents textuels
Date
3-28 octobre 1885
Scope and Content
Première partie
Date
3-28 octobre 1885
GMD
documents textuels
Fonds / Collection
Louis Riel
Description Level
Document
Fonds No.
0003
Reference No.
1092-525
Storage Location
PAM MG 3 D 1, 525
Creator
Riel, Louis
Physical Description
20 f. de documents textuels
Conservation
Ce document a été décrit dans Inmagic et numérisé en 300 dpi, format tif en 2003. Une version jpg a été montée sur le web.
Language
Français et anglais
Scope and Content
Première partie
Notes
Copie numérisée sur les CD 075, CD 077 et CD 078.
Name Access
Riel, Louis
Geographic Access
Regina
Signatory
Riel, Louis
English Summary
Diary of Louis Riel kept while in jail in Regina containing prophecies, revelations, visions.
Full Text
3 octobre au matin. Prophéties. Quelle est la grande femme brune Quelle est la femme forte et enceinte qui me dit: «Après vingt-deux jours, tout sera fini.» C'est une femme à la figure longue au front carré, au menton pareillement carré et d'une belle taille remarquable. Qui est-elle? C'est une métisse. Mais qui? O femmes enceintes, priez la sainte Vierge; que sa protection vous visite comme elle a visité Sainte Elisabeth. La naissance de votre enfant est un danger pour vous; si Dieu ne vous protège pas, qui vous Sauvera? O mon Dieu! si vous le voulez, vous pouvez nous sauver et conserver nos jours et nous aider à élever nos chers petits enfants, dans la sainteté de votre service. S'il vous plaît, par Jésus, Marie, Joseph, faites-nous vivre. O mon Dieu! Sauvez ma chère épouse. Instruisez-la. Révélations du 6 octobre 1 heure P.M. Entre le Français et moi et le Canadien nous connaissons quelque chose. L'homme en gilet de ma garde, celui qui me négligeait, se trouve soudain tout effarouché, tout retiré, la figure longue; ils s'est rapproché de moi tout d'un coup. Il se tourne vivement de mon côté. L'inquiétude de son coeur est en plein dans son visage. Il cherche à savoir. Bénis soient les gardes qui font leur devoir chrétiennement! Hear the word of the Lord: "the late [...] was to small for me: did not shine for me: was opposed to me; trode under foot my table, the Holy Eucharist; was against the Blessed Virgin. It was the little [...] of the left. I have left it.-- Je vois une danse admirable d'indiens qui viennent de l'Est et qui gagnent l'ouest, sous l'impulsion des influences conservatrices. La vraie église se compose de ceux qui se sacrifient pour sauver la situation des gens de bonne volonté, comme au temps des apôtres. L'église est celle qui se met ouvertement entre les Assaillants et ses enfants. L'église est celle qui a du zèle et qui défend, sans relâche, les vrais intérests du Bercail. L'Essence Divine me révèle que le Nord ouest passe aux Etats-Unis. Et je dis: «Lorsque les Etats Unis vous négligeront, des petits enfants, métis du Manitoba, conduits par le doigt de Dieu iront faire leur éducation dans les Espagnes du nouveau-monde. Pendant leurs Etudes, la voix du Seigneur se fera entendre à eux. Ils mettront les Espagnes sur pied. Des Bardes Elèveront la voix. Les peuples Espagnols répondront aux chants sacrés en frémissant: Ils voleront au secours du Nord ouest et de la nouvelle France. Révélations à courtes données.-- Les Empereurs et les Princes prendront mes idées. Ils mettront de l'application à remplir mes vues; à faire mes ouvrages. [...] Louis «David» Riel. Il pouvait donner sa vie; il ne l'a pas donnée. Parabole.__ Un Père de famille avait un fils âgé de six ou sept ans; petit pour son âge et faible. Mais il parlait. Cet enfant était destiné à la mort et à la peine de feu. Son Père vint à lui: En le voyant, il eut le désir de chérir ce fils. Mais se rappelant qu'il avait eu cet enfant d'une femme qui n'était pas la vraie épouse, il pensa qu'il valait mieux ne pas lui faire de caresses, que voulant le faire mourir et le jetter dans le feu, il lui serait trop pénible, d'exécuter son dessein de colère, s'il commençait par lui marquer de la tendresse. Cependant, il lui dit: «tâche donc.» L'enfant répondit avec indifférence. «Je sais que vous êtes tout.» Il ajouta quelques autres paroles, qui ne disaient pas directement. «Je ne m'en occupe guère» «ou il ne m'en tient pas beaucoup,» ces réponses eussent été trop sans coeur. Mais l'enfant était naturellement si grossier qu'il laissa entendre tout cela. Néanmoins, il se convertissait, selon les vues de son père, et se tenait à genoux autant qu'il pouvait. Quel est-ce père? Quel est cet enfant? Quel est ce père qui s'est prostitué avec une femme qui n'était pas sa femme légitime? Quelle est cette mère qui avait mis au jour un fils illégitime? Quel est cet enfant illégitime? Oh! Réfléchissez! Approfondissez cette parabole. O vous, ministres attachés aux Croyances! O vous qui vous livrez à n'importe quelles croyances! O nombreuses dénominations chrétiennes, étudiez, je vous en prie. au nom du Fils de Dieu, notre sauveur, ce que je désire vous dire, ce qu'il importe que vous sachiez bien. L'Esprit de Dieu m'a fait dire: «Je ne dis pas que je vivrai vieux, mais je le pense.» «J'ai le temps» «Je sais que beaucoup de monde se passionneront pour mes projets.» L'Esprit de Dieu m'a dit: «Ces hommes sont corrompus et dépenseurs.» Révélations du 14 au 15 oct. 1885 La Puissance de Dieu m'a conduit dans l'esprit de sa droiture. La confession complète et parfaite me transporte à une hauteur de vues; grande et considérable. Je suis le drapeau du Seigneur. Il me porte comme une bannière élevée. Tous les bleus étant retirés des affaires publiques, tous les bleus étant retirés chez eux; je vas de porte en porte, dans les plus grosses maisons, enseignant les voies de la vertu, enseignant le génie du christianisme. On me reçoit partout. Ma femme et mes enfants sont bien reçus. Le peuple croit en ma mission. Il admire les révélations admirables du Saint des Saints, au sujet des choses ignorées depuis la chute de nos premiers parents, depuis le commencement du monde. En partant de la mission St Pierre, l'esprit de Dieu m'a fait dire: Si je savais l'anglais, je resterais; quand même les Etats ne publieraient que dix par cent de mes écrits. Et j'ai ajouté: je me souviendrai du «Helena Herald»-- Je me souviendrai du «Herald»-- Il y a une grande insurection dans le nord ouest: l'administration américaine était mauvaise. J'entends la voix du Prêtre de St. Antoine de Padoue qui dit aux insurgés, en prison Ç'a va être difficile à arranger. Il va y en avoir de condamnés à 13, quatorze ans de prison; ils vont être envoyés et dispersés dans les différentes prisons des Etats: J'ai vu un prisonnier qui ne disait rien; il était condamné à mort, mais le gouvernement était plus en danger que lui: Révélation. There is a way: but not now. J'ai vu Eastwood Jackson. Il est venu me voir. J'étais en prison. Cependant, j'étais libre et chez moi. J'étais donc sous caution. Je lui ai dit. Venez donc me voir. Non, me répondit-il. «Je vous ai plus hanté que je ne le ferai dorénavant.» Il voulait coucher mais il s'abstenait de le dire. Il se contentait de me le laisser voir. Le lit que je lui avais fait en politique était passablement dur. Cependant je lui veux du bien. Je lui dis: Laissez-moi sortir de mes embarras; laissez-moi m'exonérer et vous verrez ce que je ferai pour vous. L'Esprit de Dieu m'a révélé le 24 Février 1885 quelque chose de consolant; il m'a dit. «Dans trois ou quatre ans, vous aurez le principe des terres» L'Esprit de Dieu m'a fait voir que j'avais sur la tête le bon chapeau de mes grandes idées politiques. Qui est-ce qui publie mes idées le 3 novembre 1885? Les gens de nom anglais considèrent mes vues politiques. La grandeur de mes projets les étonne et leur déplaît moins qu'on pense. O Mon Dieu! Je rends gloire à Jésus Christ, votre Fils et à Vous. J'ai vérifié la justesse du bon conseil que Votre Messie a laissé à tout chacun de nous, lorsqu'il a dit; «Veillez et priez, pour ne point entrer en tentation» Je n'étais pas assez sur mes gardes; je n'avais pas assez prié: la tentation est arrivée à moi, comme un éclair: elle a passé devant mes yeux comme une nuée. Elle m'a pris d'assaut. J'ai fait dans le mouvement primo-primi ce que je n'aurais pas dû faire. J'en ai du regret. J'en demande pardon à Dieu, à mon Sauveur. O Souverain maître mon père, Vous seul pouvez, par Jésus-Christ, remédier à la faute que j'ai faite; empêcher ses mauvais résultats; me racheter de mon péché et de ses conséquences. O Marie! Conçue sans péché! O Saint Joseph! O notre cher Père adoptif, O mon Père qui êtes au ciel aidez-moi de votre secours céleste, afin que je veille continuellement sur mes sens et sur le cours de mes pensées; et que, priant, j'aie le bonheur de ne point entrer en tentation; mais d'être délivré du mal par la miséricorde, la puissance divines de Jésus-Christ notre Seigneur. Oct. 19th 1885 L'Esprit de Dieu m'a dit; et il m'a inspiré de dire avec lui: «I will leave here next month.» Les voix de l'Avenir. J'ai vu mon Frère Charles: il est heureux. Il est bien vêtu. Il est au collège. Il est assis sur un des premiers sièges de sa classe. Il est sage. Il est jeune pourtant. C'est dans le plus s'il a douze ans. O mon frère, il y a longtemps que je ne vous ai pas vu! Voilà onze ans que je ne vous ai pas embrassé. Vous étiez tout petit, quand je me suis éloigné. Mais béni soit Dieu qui nous réunit. J'ai pris mon essor, sur les ailes de la prière. Je me suis élevé haut. Je viens à vous de loin. J'arrive du Sud et des contrées de l'Amérique méridionale. Vous êtes isolé, ici, dans le nord! O mon frère! C'est pourtant bon que les Espagnols du nouveau-monde viennent faire leur cours d'étude à Montréal, à St Boniface; et que les métis, en retour, et les Canadiens aillent faire le leur dans les collèges de la nouvelle Espagne. Faisons ainsi connaissance dès notre enfance. Plus tard, lorsque les jeunes gens d'aujourd'hui entreront en scène, les deux Pôles se suivront avec intérest. Les acteurs du Septentrion seront chers à leurs amis qui les admireront des régions du Midi. Et lorsque les Envoyés Providentiels de la glorieuse Espagne se précipiteront dans l'arène, leurs frères bien aimés du nord feront monter vers le ciel leurs acclamations et leurs prières. Ils bondiront de joie, en bénissant le zèle et la valeur des religieuses Espagnes. Mon Frère Charles est dans le Paradis. Mon Frère Charles est un homme de la nouvelle doctrine Mon Frère Charles est un homme qui jouera un grand rôle. Mon Frère Charles exercera beaucoup d'influence sur les Etats-unis Espagnols. Mon Frère Charles se fera respecter dans les Etats unis de Washington. Nom de Charles! Combien de fois illustreras-tu le nord et le Sud du Continent? Charles mon frère est un savant. Son profond génie scrutte les questions scientifiques et les résout au grand étonnement de la catholicité. Mon frère Charles est un fameux docteur en théologie. O mon Dieu! donnez-moi par Jésus Christ, la sainte Vierge et saint Joseph la lumière, long temps: donnez la lumière beaucoup plus long temps: donnez-moi la lumière très long temps: donnez-moi la lumière toujours. Prophéties. «Il ne le laissera pas passer» O Mon Dieu! faites par Jésus-Christ qu'il laisse passer et arriver heureusement à destination tout ce qui est à mon avantage O Mon Dieu! faites par Jésus Christ qu'il ne laisse rien passer de ce qui [est] contraire à vos desseins; et qu'il intercepte
Images
Less detail

Journal de Louis Riel, [Régina]

https://archivesshsb.mb.ca/link/archives139128
Fonds / Collection
Louis Riel
Description Level
Document
GMD
documents textuels
Date
3-28 octobre 1885
Scope and Content
deuxième partie
Date
3-28 octobre 1885
GMD
documents textuels
Fonds / Collection
Louis Riel
Description Level
Document
Fonds No.
0003
Reference No.
1092-525
Storage Location
PAM MG 3 D 1, 525
Creator
Riel, Louis
Physical Description
20 f. de documents textuels
Language
Français et anglais
Scope and Content
deuxième partie
Notes
Copie numérisée sur les CD 075, CD 077 et CD 078.
Name Access
Riel, Louis
Geographic Access
Regina
Signatory
Riel, Louis
English Summary
Diary of Louis Riel kept while in jail in Regina containing prophecies, revelations, visions.
Full Text
et qu'il intercepte tout ce qui n'est pas conforme à votre volonté. Prophecy. Who is the constable who comes to my cell at night, presenting me with a pair of old mits, but warm? The constable wears a red coat and the suit of a Mounted Police-man. Prophéties.-- Je cueille des fruits en abondance. Les fruits que l'église de la Saskatchewan avait mis en amas sont à moi. Je les prends. Ils sont mûrs. Ils sont beaux avec les feuilles vertes qui tiennent encore aux grappes. Ce ne sont pas des fruits douteux. Mais ce sont des fruits certains. Ces fruits-là sont sûrs. Oh, que je suis heureux! que je suis calme! Les fondations de mon édifice sont vastes et grandes. Elles sont belles. Le premier étage de la maison gigantesque à la construction de la quelle j'ai mis la main, est un étage spacieux, dont les appartements sont bien proportionnés. Ils sont bien éclairés: on y a des tables immenses. Le pain et les gâteaux y abondent. On m'y sert ce que je désire. Mais c'est la mortification qui m'a gagné de Dieu tous ces biens. Le Prêtre est l'administrateur de mes richesses. Il est avenant, il est complaisant; il est sérieux. Il ne badine pas. Je ne vis que de pain, que de lait. Je mange à trois heures de l'Après-midi. Je suis fort. Je suis mieux que les grands mangeurs! Prophéties. Mon frère Charles est un Jurisconsulte transcendant. Ses écrits font autorité partout. Il meurt de vieillesse. Ses cheveux sont blancs; mais d'une blancheur douce et pure. Mon frère charles est un prédicateur humble et inspiré. Il convertit les sociétés par la vertu de ses prédications. Mon frère charles est un général dont l'épée victorieuse s'est promenée pour la gloire de Dieu dans les Etats unis de Washington et dans les Etats unis de la colombie. Propheties. I have seen the first-minister. He adressed me saying: "Mr Riel"; and pronouncing my name as if written "Reel." And he said: is your name Reel or Riel? I told him that is was Riel, "but you may pronounce it in english as the languish" wants you to do." And when I pronounced my name, as it is pronounced in french, it stuck the attention of those who were present, that it was a brillant name. I did, even Iself, realize that it was a glorious name to tell. My name rang somewhat as a silver bell. The first-minister was affable and gentle to me. He said "What you want is a Lawyer that will take interest in your case. Whatever may be the issue of the appeal, that is what you need. I will throw you over in Montana." (The manner in which the first minister expressed himself here is: "I will overthrow you Montana") And continuing to speak, he added: "you may find there a good Lawyer. I will give you Pounds." And when he said Pounds, I saw that he was used to carry the weight of his words with money. The first-minister was in the wrong. I was not. The door is wide open towards the south. I saw my Lawyers. They had lost. I told them my revealed interview with the First Minister. They appeared to be unable to answer. But in order to not discourage my Lawyers, I told them the words that, I knew, suited them. «Il paraît que c'est un tyran ce sauveur-là!» «Donnez-moi la lumière plus longtemps.» O Mon Dieu, je vous en prie donnez-moi la lumière longtemps. Donnez-moi la lumière beaucoup plus longtemps. Donnez-moi la lumière très longtemps. Donnez-moi la lumière toujours, par Jésus, Marie, Joseph! Je suis à dire mon chapelet. La voix pressante des Essences Divines me commande de laisser là, pour le moment, ma prière et d'écrire. Oh! que c'est nécessaire de veiller l'appétit! Oh! que c'est une chose difficile de corriger l'appétit et de le soumettre à la raison! Je comprends par la grande difficulté que j'éprouve à me vaincre sur ce point, comme il doit être difficile aux Riches, à ceux qui sont dans l'abondance, de modérer leur intempérance dans le boire et dans le manger. Je vois surtout qu'il n'y a ni discours ni sermons qui puissent prendre sur eux. La plus entraînante éloquence n'aurait pas sur leur esprit plus qu'une heure ou deux d'influence. Il faut un fil de grâces divines assez fort pour rétablir la liberté, pour mouvoir la volonté en bonne direction, pour encourager l'intelligence, la gagner et pour réjouir la mémoire; au souvenir des précieuses jouissances que procure la modération dans le boire et dans le manger. Et voici que l'essence divine m'a parlé là-dessus en disant A présent que tu vois combien est à plaindre l'homme qui gémit sous le poids de ses défauts et de ses vices; maintenant que tu sais par expérience comme la volonté humaine sans être aidée du secours de la grâce, est impuissante à pratiquer la tempérance, le bien en général, je désire et je veux que tu me le promettes: 1° en priant pour toi-même à quelque sujet que ce soit, tu feras entrer dans tes intentions de prier également pour tous ceux qui ont à surmonter les mêmes misères que toi, dans le monde: 2° Tu seras doux envers les pécheurs. Tu auras compassion particulièrement de ces chers enfants de l'église qui pèchent par faiblesse. 3° Tu songeras que les coeurs les plus endurcis ont droit à ta commisération. Et dans le but de bien t'exciter à la pitié vis-à-vis d'eux; représente-toi leurs tourments et qu'elle sera leur peine, s'ils tombent dans les feux dévorants de l'autre vie! Révélations du 9 au 10 Octobre 1885. Qui sait dans combien de générations? L'esprit de Dieu m'a mis en rapport avec Philippe Garnot. Il était libre. Il arrivait du Montana où il avait été acheter une bande de bêtes à corne. Il était sur ce côté-ci de la Branche du Sud. Il me dit: «je suis avec vous sur bien des points.» «Vous allez avoir deux jurés, un en Angleterre, un ici. Il y en a qui feront leurs remarques vis à-vis tous les points qu'on sous-ligne: leurs remarques favorables, tous les points qu'on sous-ligne c'est français, cela.» Ajouta-t-il, «Même vous, vous pouviez en révision faire vos observations, en mettant vis-à-vis ces points qu'on sous-ligne L.R. Si vous le pouvez logiquement, mettrez tout votre nom. L.D.R. ce n'est pas fini.» Le maître au service du quel était Garnot s'intéresait à moi. Et Philippe me dit en montrant du pied la terre où il s'était arrêté, «Vous allez passer deux jours sur cette terre.» Et celui avec qui j'étais en procès était prêt à des ouvertures. J'ai compris que si je pouvais lui présenter un moyen de faire de l'argent, il ferait n'importe quoi pour moi. Trudel m'a dit: «Me permettez-vous d'aller chez les Jésuites?» J'ai demandé si c'était «pour aller remercier Dieu» Il m'a répondu: «ah! certainement» Prophéties à courtes phrases, détachées les unes des autres et cependant se tenant comme par un même fil d'idées. Leurs terres pour des bagatelles. Vous pouvez prendre votre essor. Par l'excessive prière. Ton portrait: je crois bien qu'on pourrait t'écrire, hein? Un ministre du gouvernement américain me dit au nom du Cabinet: «You better stay here untill» Dieu me console. Je suis donc à la maison, puisque mon petit vient droit à son papa, il se lève, mon petit! Mon petit, petit, votre conscience est pure! Votre chemise est blanche! Béni soit mon petit! Viens! Viens! mon petit. Ne parle pas! jouis! Il est content! Il est surpris! C'est un grand lever pour mon petit, que celui d'aujourd'hui, mon garçon, vous avez profité, pendant que j'étais en prison. Dieu soit béni de ce que Jean mon fils est en bonne santé. Multitude de mes tendresses; vous sortez de mon coeur, vous allez au devant de Jean mon fils, comme les lumières sortent doucement de l'aurore pour courir au devant du grand jour. Qui est-ce qui oserait se moquer des caresses paternelles que le Saint Esprit m'inspire? Malheureux qui n'avez pas de coeur; et qui pour cela ne comprenez pas le langage de la charité parfaite, prenez garde! Car quelque bon matin, vous pourriez vous lever sous le poids d'une malédiction écrasante. Qui est-ce qui vous en relèverait: vos mauvaises nuits vous apporteront le réveil épouvantable de vos désordres. Vous avez ri du bon ton de mes affections paternelles! Votre folie sera de rire. Dieu vous livre aux mauvais esprits des rires insensés. Allez! Le Seigneur accumulera sur vous et tous les maux que vous m'avez fait souffrir et tous ceux que vous désiriez encore me faire endurer! Le nuage qui plane sur vous est noir. O vous dont le coeur est ouvert aux nobles sentiments! revenez bonnement sur les légèretés d'esprit qui peuvent vous échapper. N'y persistez pas. Blâmez-vous-en plutôt. Désapprouvez vos actes irréfléchis. Et méritez que Dieu vous les pardonne. Révélations du 11 au 12 oct. André Neault me voit d'un bon oeil. Il me considère et me juge avec les regards de la droiture. Mais il est situé de telle manière par rapport à moi que je me trouve à avoir en face ce qu'il y a de désagréable dans ses sentiments. La Puissance est gingolante. Elle est difficile à approcher. Elle frisonne. Mais j'en approche et elle se tient tranquille. Il est malaisé de lui mettre la main sur le dos. Mais je la flatterai, en la grondant, s'il faut. Et elle endurera ma main. La Puissance est comme une belle jument à moitié domptée. C'est difficile de monter à cheval sur ses reins. Mais je m'assoierai sur elle. Et elle me subira. Voila ce que dit le Seigneur. J'ai vu passer un animal farouche qui ressemblait à un orignal. D'abord, il avançait, du nord est en se dirigeant vers le Sud ouest. Il avait une certaine couleur lumineuse qui ne jettait de lumière sur rien. Je m'apperçus soudain qu'il était ralenti dans sa marche. Bientôt voilà qu'il ne se remuait presque plus. Un instant après, il était tout à fait stationnaire. En l'examinant, je reconnus qu'il n'avait pas de tête; qu'il avait perdu son cou: qu'il avait manqué son coup: qu'il avait perdu la tête; que ses deux pattes de devant lui avaient été enlevées. Il avait la queue sur le dos, une queue touffue de gros crin noir. La stupéfaction, la frayeur le tenaient. Ceux qui marchaient d'ordinaire avec lui se révoltaient contre lui. Oh! le Diable! Le chapelet avait détruit sa prospérité. Je lui voyais ses pattes de derrière, mais tout était arrêté. Pendant que je le regardais, il disparut. Il ne me resta plus du monstre qu'un souvenir. L'Esprit de Dieu me dit: «le Diable en chapelet.» Cette expression pour être comprise doit être mise côte-a-côte avec une autre qui lui ressemble: comme, par exemple, le diable en sharpie. Le chapelet avait égrainé le Diable. Le chapelet avait mis le diable en autant de morceaux qu'il y a de grains dans le chapelet. Le chapelet avec sa pieuse chaîne d'ave maria avait enchaîné le Diable. Voilà ce que veut dire le diable en chapelet. L'Esprit de Dieu dont la parole est infiniment parlante [...] Révélation du 12 au 13. Il paraît qu'ils te parlent à présent, en se faisant écraser par une majorité considérable. 28th oct. Prophéties. Je suis content d'être venu puisque vous demeurez à la même place. Voyez l'immense quantité de biens terrestres que je vous ai gagnés par mon courage, mon zèle et ma confiance en Dieu. Vous êtes à l'aise pour longtemps: ô nations que j'ai chéries et que j'aime. Je suis venu vous aider.
Images
Less detail

Journal de Louis Riel, [Régina]

https://archivesshsb.mb.ca/link/archives139129
Fonds / Collection
Louis Riel
Description Level
Document
GMD
documents textuels
Date
3-28 octobre 1885
Scope and Content
Troisième partie
Date
3-28 octobre 1885
GMD
documents textuels
Fonds / Collection
Louis Riel
Description Level
Document
Fonds No.
0003
Reference No.
1092-525
Storage Location
PAM MG 3 D 1, 525
Creator
Riel, Louis
Physical Description
20 f. de documents textuels
Language
Français et anglais
Scope and Content
Troisième partie
Notes
Copie numérisée sur les CD 075, CD 077 et CD 078.
Name Access
Riel, Louis
Geographic Access
Regina
Signatory
Riel, Louis
English Summary
Diary of Louis Riel kept while in jail in Regina containing prophecies, revelations, visions.
Full Text
Je m'en vais. Bien des jeunes gens s'en retournent avec moi. L'Esprit de Dieu me fait chanter sur un ton élevé, magnifique avec une douceur ineffable les idées que voici. «Marguerite reste avec sa terre.» «Et tout ce qui s'en va, s'en va.» «La nation métisse qu'on voulait déraciner reste sur le sol que lui a départi la Providence.» «Et tout ce qui voulait nuire et mettre arrêt aux vues de Dieu, tombe et disparaît.» Voulez-vous savoir si vous avez affaire à un homme violent et inaccessible aux bonnes raisons, assurez-vous d'abord si c'est un homme livré à bonne chère. Si vous trouvez qu'il y est adonné, vous pouvez vous en souvenir dans tous vos rapports avec lui. Car je vous dis qu'il est brutal au même degré qu'il est gourmand. L'impureté est pourtant bien funeste; mais parce qu'elle est généralement accompagnée de remords, au moins parmi les catholiques, elle porte avec elle une espèce d'Antidote. La gourmandise a cela de particulier qu'en s'emparant de l'âme elle y étouffe le remords. C'est elle, la gourmandise, qui fait les Athées, croyez-moi! C'est la gourmandise qui fait les voltairiens, les impies, les incrédules, les pécheurs endurcis. C'est la gourmandise, Hélas, qui fait les mauvais prêtres, qui produit les mauvais évêques; qui fait les Pontifes infidèles. Rien ne matérialise autant que l'excès du manger. Prenez de toute nécessité les gourmands par la douceur. Amenez-les à se mortifier un peu; puis davantage. Décidez-les à jeûner une fois, deux fois. Quand vous aurez réussi à les faire jeûner trois jours de suite; le vendredi en l'honneur de la passion de Jésus-christ, le Samedi, en l'honneur de sa sépulture et de son divin repos, le dimanche en l'honneur de sa résurrection, vous aurez lieu de croire alors que le plus fort est fait. Prédicateurs, confesseurs, ayez bien présent à l'esprit ce que je viens de vous dire: jeûnez vous-même, le vendredi, le Samedi, le dimanche, autant qu'il vous sera possible. Et vous verrez que vos travaux apostoliques seront bénis, vous convertirez le peuple à Dieu. Et vous vous acquerrez une couronne de gloire et de vie. Le jeûne et la prière sont les deux grandes clefs des affaires du temps et de l'éternité. Le jeûne fera réussir le banquier dans ses bonnes spéculations, comme l'anachorète dans ses pieuses visées pour la conversion des âmes. L'homme public, le gouvernant trouveront dans le jeûne et la prière le dénouement inattendu de leurs embarras et de leurs difficultés. Rien ne peut résister au jeûne lorsqu'il est fait avec humilité, sincérité et dévotieusement. C'es le jeûne qui ouvre les prisons et qui en retire les gens les plus compromis. C'es le jeûne qui démolit les échafauds. C'est le jeûne qui empêche les insurrections, qui prévient les rébellions. Trois jours de jeûne, ou quatre font plus d'ouvrage qu'une armée, sur le champ de bataille. Oui, quatre jours de jeûne bien fait et bien offert à Dieu, en union avec le jeûne de Jésus Christ, peuvent conduire à des résultats plus grands, plus heureux et plus durables qu'une glorieuse Campagne, toute couronnée de victoires et de triomphes. Je vous le dis: et j'ai raison, la pénitence d'un pays conquis, si elle est continuelle, si elle se promène de place en place comme les quarante Heures, réduira le conquérant à l'extrémité--en moins d'un an. O Mon Dieu! accordez-moi par la grâce, l'influence, la puissance et la bonté divines de Jésus christ la bonne volonté, le bon Courage la fermeté dont j'ai besoin pour jeûner et faire ce qui vous est agréable. Prophéties. "The Dominion is elected." L'ange du Seigneur m'a dit: «à quatre heures dans vingt.» Le 21 octobre 1885. Le capitaine Dean vient me donner des nouvelles au sujet de l'intervention des Etats-Unis. Je lui réponds. "It is a pleasure for me that you should come and tell me." Le Père André sort de ma cellule. Il a son paqueton sous le bras. Je lui dis: «la gloire de Dieu la plus grande.» 24 octobre au matin. «En dix jours.» «Dans dix jours.» «Dix jours.» Le Seigneur de la vie a passé en visite dans son domaine. Sa parole, sa bénédiction, sa bonté sont la vitalité même. Elles arrivent jusqu'à moi. Je me suis mis à genoux; et la bénédiction de Mon Seigneur s'est reposée sur moi. Bénédiction de Mon Seigneur vous descendez du ciel sur moi comme la pluie fine qui pénètre tout, en peu de temps. Bénédiction de Mon Seigneur, vous êtes plus belle à voir venir d'en haut que les étoiles filantes! Bénédiction de Mon Seigneur, vous me faites autant de bien qu'un beau grand feu fait de bien au voyageur qui, s'étant arrêté un peu avant midi pour dîner, allume son bûcher, et qui se chauffe, en faisant à manger. O Mon Dieu! Daignez vous souvenir que le prêtre Frederick Ebersville prêtre approuvé de la sainte église de Jésus-christ m'a béni avec ma femme et mes enfants et Gabriel Dumont, selon les vues de votre Providence qui sont aimables et sans mesure. C'est à présent, O Mon Dieu, que nous avons le soin des biens de votre miséricorde toute paternelle: car ma femme est étendue sur un lit de souffrance; il y a quelques jours, elle était en danger. Et moi, O Mon Dieu! je suis condamné à mort. Seigneur ne laissez pas éteindre le flambeau de notre vie. Vous qui l'avez allumé, tenez-le bien clair et bien brillant, par Jésus-Christ. Le Père de la terre et du ciel a inspiré la lettre suivante au curé de St Norbert. L'entreprise que mon bien-aimé fils a faite à la Rivière Rouge en 69, et à la Saskatchewan en 85 repose sur la prière et sur la foi. Comparer les résultats obtenus à d'autres moyens d'action, c'est les comparer à des ressources trop petites pour pouvoir produire d'aussi grands effets; c'est les comparer à des ressources certainement incapables d'amener des résultats semblables à ceux que l'église et les gens de bonne volonté ont la joie d'avoir actuellement sous les yeux. D'ailleurs ce serait vouloir les attribuer à des moyens d'action que mon bien-aimé fils n'avait pas. Le Père oblat de Marie Immaculée Jean Tissot jouit de la paix et du bonheur éternels. Ceux qui faisaient le mal et dont l'influence courait comme les eaux de la grande Rivière sont, en un moment, devenus à sec. Avec le peu de force publique dont ils disposent ils reviennent sur les mauvais pas qu'ils ont fait; Leur puissance s'en va à rien. Ils emploient ce qu'ils ont retenu de pouvoir, pour tâcher de réparer le mal qu'ils ont causé. Au contraire l'homme qui a prié et qui a cru marche, en sûreté sur les collines. Son influence s'exerce; elle profite; elle passe les bords de son lit trop étroit, comme un torrent dont les eaux grossissent en venant jusqu'à l'égalité de ses rives. Il est bien celui qui a prié et qui a cru. Sa puissance est profonde; elle n'est pas arrêtée par la digue qu'on lui oppose. Elle fait son chemin, au milieu des bons et de ceux qu'elle protège. Elle entraîne dans son cours le méchant impétueux qui, pour ne pas disparaître, essaye à se tenir debout dans le grand courant des opinions que la prière et la foi ont produit. Mais c'est en vain, une force irrésistible l'emporte. Les Métis avec leurs petits retranchements creusés en forme de caves dans le sol de la Saskatchewan vont et viennent sans inquiétude. Et les hommes puissants qui voulaient les dévorer ne savent plus où se mettre. Où sont-ils? Je ne vois plus aucun d'eux. Il ne s'en montre plus un seul. Où sont-ils? L'esprit de Dieu me fait voir un homme qui m'invite aux Etats-Unis. Qui est-ce qui me fait signe du côté des Etats-Unis? Les saints sont faciles à reconnaître. Ils viennent à vous franchement. Il n'y a pas de détours à trouver en eux. Ils vont droit à leur but. Ils sont prudents. Ils font attention. Mais ils ne sont ni cachés, ni dissimulés. Ils parlet net. La sagesse est dans leur maintien. Ils ne parlent pas de toutes sortes de choses. Ils sont droits. Le recueillement est un des traits distinctifs de leur caractère. Leur apparence même est un sujet de joie. Leurs discours, leurs visites laissent des joies suaves et fortes là où ils sont passés. Respectez-les bien. Révélations du 17 au 18 oct. 1885. L'Ange de la Vie est venu vers moi. Il m'a dit: «On a communié aujourd'hui.» Il m'a fait savoir que mes chers parents se jettaient de tout coeur à la pratique des actions de vie. Cet ange avait en lui la vie. Il en était rempli! J'ai vu l'abondance de la vie en lui. Il était calme et paisible. O que les lèvres des Saints Anges sont belles! Les lèvres de celui qui communie et de celle qui reçoit l'eucharistie sont belles et remarquables aux yeux des hommes et en présence des cieux! Je suis condamné à mort, mais l'Ange de la vie s'en vient à moi. La justice humaine me donne encore huit jours à vivre. Mais ce que j'ai appris de la visite de mon bon ange me fait connaître que, par la grâce de Dieu, j'ai plus long temps que cela à passer sur la terre! Béni soit Dieu! Béni soit le Seigneur Jésus-Christ! Dieu veut que chaque saison de l'année commence par la célébration toute solennelle de fêtes en l'honneur des quatre évangélistes; que Saint Luc soit fêté le premier jour de l'automne; Saint Jean, le premier jour de l'hiver, Saint Marc; le premier jour du printemps; Saint Matthieu, le premier jour de l'été. «Le résultat non seulement mauvais, mais même...» Voilà ce que m'a dit le Seigneur. O hommes! quels que soient vos états, quand vous avez à risquer des paroles ou des actes d'orgueil, de paresse, de bravade, de vice quelconque, de défauts, de scandale, de malhonnêteté, étudiez l'avertissement que le Bon Dieu vous donne aujourd'hui par mon entremise, en disant: «le résultat non seulement mauvais, mais même...» Je me suis réveillé en disant le chapelet. J'ai compris par là que j'avais besoin de prier. J'ai pris mon chapelet, et ne me suis arrêté qu'après avoir récité le glorieux rosaire de Marie Immaculée. Faites de même,. ô vous tous qui avez des fautes à réparer des grâces à obtenir, des dangers à éviter, des malheurs à prévenir. L'esprit de Dieu m'a dit: «Ils vont vous parler des documents.» L'Esprit de Dieu m'a dit en parlant du croissant des Turcs: «Ils ont choisi quelque chose de beau.» Vision. J'ai vu la lune à son premier quartier. Le temps n'était ni clair ni couvert. C'était un temps, je dirai, pommelé. Ce n'était pas la nuit; c'était en plein jour. Il faisait calme. Rien de saillant ne s'est présenté à mon observation pendant cette lune. Néanmoins il est impossible que je ne fasse pas mention de la joie que ce premier Cartier de la Lune portait avec lui: autant que j'ai pu voir et m'en rendre compte d'avance. «C'est une joie toute ronde de trois jours, je pense.» Béni soit Dieu l'auteur de cette joie. C'est une joie qui vient d'en haut: une joie qu'il faut regarder comme céleste; et dont le reflet durera longtemps. A part la célébration qu'on fera de cette joie pendant trois jours, [je la vois augmenter.]
Images
Less detail

Journal de Louis Riel, [Régina]

https://archivesshsb.mb.ca/link/archives139130
Fonds / Collection
Louis Riel
Description Level
Document
GMD
documents textuels
Date
3-28 octobre 1885
Date
3-28 octobre 1885
GMD
documents textuels
Fonds / Collection
Louis Riel
Description Level
Document
Fonds No.
0003
Reference No.
1092-525
Storage Location
PAM MG 3 D 1, 525
Creator
Riel, Louis
Physical Description
20 f. de documents textuels
Language
Français et anglais
Notes
Copie numérisée sur les CD 075, CD 077 et CD 078.
Name Access
Riel, Louis
Geographic Access
Regina
Signatory
Riel, Louis
English Summary
Diary of Louis Riel kept while in jail in Regina containing prophecies, revelations, visions.
Full Text
je la vois augmenter. D'abord elle n'a pas fait grand éclat mais c'est en la considérant qu'elle prenait de l'intensité. En un temps comparativement court, elle est devenue grande. Elle a passé les lignes. Elle s'est répandue au loin. Est-ce que je me trompe? Mais enfin c'est une joie qui s'empare de tous les Etats. C'est la joie du monde entier! Dieu m.'a parlé de la bénédiction que me donne ma mère. Qui est-ce qui pourrait énumérer toutes les intimes, merveilleuses et éclatantes grâces que porte en soi la bénédiction de ma mère. La bénédiction du doux coeur de ma mère est admirable dans toutes ses suites. Saint Paul a surtout excellé dans la connaissance des esprits de son temps. Ça été un grand génie. Son dévouement à Jésus-christ s'est porté jusqu'aux limites possibles. Il est mort pour l'amour du Sauveur. Ce Saint n'était pas aussi agréable à Dieu, néanmoins dans son ministère, lorsqu'il se tournait du côté de l'autel; qu'il était agréable aux hommes lorsqu'il se tournait du côté du peuple. On ne se fait pas une idée aujourd'hui de l'ascendant prodigieux que Saint Paul avait sur les fidèles, durant son vivant. Si vous voulez avoir d'autres particularités au sujet des révélations qui m'ont été faites touchant l'apôtre des nations, allez demander Au Révérend Messire J.B. Primeau. Il est celui que j'ai mis en possession d'une bonne partie de mes écrits. J'y ai fait mention de St Paul. Lorsque le temps sera venu, le monde verra le cas qu'il doit faire de cet apôtre, afin d'être agréable à Dieu. Le Seigneur veut que le nom payen de l'Atlantique soit mis de côté; et qu'il soit remplacé par celui de «Saint-Paul.» Si les nations et les navigateurs veulent adopter ce nom glorieux, L'océan sera moins orageux, dit le Seigneur. Les tempêtes y causeront moins de naufrage. Et ceux qui feront la traversée, en se recommandant à l'intercession de Saint Paul souffriront moins du mal de mer. Dieu veut que le grand océan porte le nom du chef des apôtres: et qu'on le nomme: «le Simon-Pierre.» Dieu veut que la lune porte le nom de Saint-Michel-Archange, et qu'on l'appelle «La Sainte-Archangèle.» C'est la volonté de Dieu que le nom du Soleil soit changé en un nom plus beau, plus court, majestueux et saint. Les noms que les astres portent aujourd'hui ont presque tous été souillés par l'idolâtrie. Ils déplaisent à Dieu. Et si le genre humain consent à rejetter ces noms profanes, à les remplacer par des noms plus conformes aux rapports harmonieux qui doivent exister entre lui et son créateur, par des noms revêtus des grâces de la Rédemption, moins de malheurs frapperont l'univers. Les bénédictions viendront d'en haut sur nous, comme la rosée céleste. Dieu veut que la Planète Vénus change de nom; et qu'elle s'appelle «Maria» Dieu veut que La Planète Mercure s'appelle «Anna.» Dieu veut que la Planète Mars s'appelle «Julia.» Dieu veut que la Planète Jupiter s'appelle «Marguerite-Marie» Dieu veut que Neptune soit appelé «Catherine-Aurélie.» Dieu veut que la Planète uranus s'appelle--«Josepha» Dieu veut que la «grande ourse» s'appelle le «Fabien-Barnabé» Dieu veut que l'étoile du nord s'appelle «Henrietta.» Dieu veut que la Planète Saturne s'appelle «Sophia» Dieu veut que la Planète Diane s'appelle «Damase-Carrière.» Dieu veut que la constellation s'appelle la constellation «des soeurs grises,» et qu'en parlant du paquet d'étoiles dans le langage ordinaire on dise: «Les Soeurs grises» Dieu veut que le Soleil porte le nom de Jean, à cause du précurseur angélique, de Saint Jean l'évangéliste, de Saint Jean Chrysostome et des grands saints qui ont porté ce nom illustre. Mais pour donner à la prononciation de ce nom un grandiose conforme à la gloire, Dieu m'inspire de mettre un accent aigu sur la lettre e dans le mot Jean. Dieu veut que Jean prononcé Jéan soit le nom du plus glorieux des astres; que ce nom ne soit donné qu'à l'astre du jour; et qu'au lieu de dire le soleil se lève, (etc) on dise le Jéan se lève. etc. L'Esprit Saint ne veut pas que le nom de Jean se prononce ou s'écrive avec l'accent aigu lorsqu'on l'emploie comme nom de Baptême, de personne ou de toute autre chose que l'astre du jour. Et si l'on désobéit à son vouloir avec connaissance de cause; cette désobéissance sera punie. Vous verrez la punition. Les Sauvages du nord de notre continent sont d'origine Juive. Les sauvages du Sud de ce continent sont des Egyptiens. Un vaisseau de marchands Egyptiens, ayant à son bord des esclaves Hébreux, s'égara, vers le temps où les enfants de Jacob passèrent dans le désert sous la conduite de Moïse. Ce vaisseau perdu trouva ce continent-ci. Les maîtres Egyptiens moins nombreux que leurs esclaves ne purent plus les contrôler; une fois sur la terre ferme, il fallut bien les laisser aller. Seulement, les maîtres choisirent le Sud et donnèrent la liberté aux Juifs de gagner le nord. Les Egyptiens avec leur civilisation formèrent des empires comme ceux de Montezuma et du Pérou. Mais les Hébreux sortant de l'oppression, sans instruction ne pouvaient mener qu'une vie bien primitive et bien simple. Voilà ce que le Saint Esprit m'a révélé dans le mois de Février 1876, lorsque j'étais chez mon oncle John Lee; A Montréal, dans le village St Jean Baptiste. Dieu veut que l'Asie s'appelle la Zaviérie, en l'honneur de Saint françois-Xavier. Dieu veut que l'Afrique s'appelle la Zabulonie, en l'honneur de Zabulon, l'un des enfants de Jacob. Dieu veut que l'Europe laisse tomber en désuétude son vieux nom payen; et qu'elle s'appelle la Napoléonie, en l'honneur de Napoléon, parce qu'il a relevé les autels de la Fille-Aînée. Dieu n'aime pas le nom actuel de notre continent. Ce n'est pas Americo qui a planté la croix sur le sol du nouveau monde. Mais c'est Christophe Colomb. Et la volonté divine que ce continent s'appelle «Belle-Colombie» en l'honneur du bon chrétien et du grand homme qui l'a découvert. Dieu veut que l'Océanie s'appelle «La Provenchérie» en l'honneur de l'Evêque Norbert Provencher qui est un grand saint du Paradis. Dieu m'a révélé qu'Adam et Eve ne sont sortis du purgatoire que le 8 décembre 1875. Dieu m'a révélé qu'Henri quatre-le-grand s'est perdu; que son esprit est dans l'abyme pour n'avoir pas été sincère et parce qu'il a mené une conduite immorale. Dieu m'a révélé que Bolivar est dans le Paradis ainsi que Moreno. Dieu m'a révélé que l'Archevêque ignace Bourget est, à peu près, mille fois plus saint que Saint ignace de Loyola. Et pourtant Saint ignace de Loyola est un des plus grands saints du Paradis. Auguste l'Empereur Romain n'est pas dans l'enfer.-- Louis quatorze est dans le Paradis mais il a été longtemps dans le purgatoire. Dieu veut qu'on l'appelle le grand Roi du chapelet. Dieu m'a révélé que Charle-Magne est un des plus grands saints du ciel. Les résultats de sa carrière sont incalculables. Principalement à cause de la largeur de ses vues, à cause du soin que ce grand homme a pris de travailler pour l'avenir, la france se reproduira deux fois dans le Nouveau Monde. Dans deux siècles et demi d'ici, la Nouvelle France d'aujourd'hui aura une population de trente-cinq millions d'âmes. Et elle s'appellera «la Maison de Charlemagne.» Le Manitoba deviendra tout Métis-Canadien-français. Dans cinq cents ans d'ici, sa population métisse Canadienne française sera de quarante millions d'âmes. Et lui aussi à son tour s'appellera joyeusement «la maison de Charlemagne.» Dieu désire que Léon XIII adopte la Ville du Mont-Royal ou ville-Marie comme sa ville de prédilection dans le Nouveau-Monde. Et qu'il tâche de venir y passer plusieurs mois. Sa santé n'en souffrira pas; au contraire, la fatigue du voyage et de la traversée aura un heureux effet pour le bien-être personnel du serviteur des serviteurs de Jésus-Christ. Dieu veut que Léon XIII choisisse Ville-Marie pour sa Seconde Ville; et qu'il vienne y demeurer aussi long temps qu'il lui sera possible. Dieu désire que Léon XIII vienne séjourner dans la nouvelle France pour tenir dans la cité du Mont-Royal un concile oecuménique de tous les Évêques du Nouveau-Monde: L'émigration qui nous arrive en quantité, apporte avec elle les luttes d'outre-mer. L'église de ce continent entre à présent tout de bon dans l'arène. Des combats gigantesques l'attendent. Elle a besoin d'une organisation puissante qui lui soit propre. C'est pour cela que la présence de Léon XIII est, pour ainsi dire, d'absolue nécessité, au milieu de nous. Il importe que sa main vienne aligner les rangs de l'épiscopat; que son coup d'oeil vienne passer en revue les phalanges sacerdotales; et que sa bouche souffle sur la grande milice des chrétiens de ce continent l'esprit de sagesse, En venant leur dire: Euge! Euge! Dieu veut que Léon XIII mette sur un pied de fermeté remarquable les Sociétés du Nouveau-Monde; qu'il désigne soixante ou soixante et douze archevêques, évêques, archiprêtres, prêtres, diacres et laïques de piété solide et connue; que ces hommes de religion éclairée, de vertu certaine et éprouvée aient mission de veiller à la bonne entente générale, à la propagation de la foi, de l'espérance et de la charité; et de défendre les intérests du Très-Saint-Père le souverain Pontife de Rome avec ceux de la Ville éternelle. Mais pour que cette organisation ait une tête même dans le Nouveau-Monde, Dieu veut aussi que Léon XIII charge
Images
Less detail

36 records – page 1 of 2.